Un tweet et une guerre mondiale

Le président américain Donald TrumpSource: Pixabay

Dans une période d’attente sans conclusion concernant sa destitution, le président Trump ne chôme pas et continue sa ruée vers l’or, ou plutôt vers le Moyen-Orient. Est-ce que nous sommes vraiment sur le point de vivre une troisième guerre mondiale, où est-ce simplement un moyen de détourner l’attention de ses citoyens, un bluff digne des plus célèbres joueurs de casino moderne? Pour tout savoir, restez connecté avec Twitter et Facebook, Donald Trump vous gardera informé sur ses décisions militaires.

Le compte Twitter de Trump

Malheureuse sera l’heure où l’on recevra la nouvelle que la 3e guerre mondiale est déclarée via Twitter. Donald Trump, en attente de la décision concernant sa destitution, est en feu sur les médias sociaux. Ses dernières menaces contre l’Iran proposent une contre-attaque disproportionnée dans le cas où une seule personne américaine serait touchée ou ciblée par l’Iran. Et, avec l’audace qu’il adore pavaner, Trump ne manqua pas d’informer le Congrès américain de suivre ses tweets pour ne rien manquer, et recevoir les dernières informations concernant la guerre entre les États-Unis et l’Iran.

L’envergure d’un assassinat

Les rues de Téhéran furent inondées en début de semaine par une foule irritée et en colère suivant l’assassinat du Qassem Soleimani. Ce général de 62 ans laisse derrière lui un réseau d’influence au Moyen-Orient, assisté par des milices chiites de l’Irak, du Liban, de la Syrie et du Yémen, en plus des sunnites palestiniens. Ce n’est donc pas une surprise qu’il fût assassiné.

Néanmoins, les Iraniens ne sont pas très impressionnés par le zèle américain et la façon dont ils ont pris la situation en main. Alors, est-ce possible que le meurtre de Soleimani soit une déclaration de guerre entre les États-Unis et l’Iran pouvant dégénérer en 3e guerre mondiale?

Pour que cette guerre atteigne au niveau mondial, la Chine et la Russie doivent être impliquées. Alors, pour le moment, puisqu’ils ne sont pas des acteurs dans le tout dernier drame américain, et malgré les instabilités militaires et politiques, le monde entier ne fera pas partie de cette guerre.

Il semble que les tensions se dissipent doucement, mais l’Iran demeure vague en ce qui concerne les représailles. Le président Hassan Rouhani aimerait bien une revanche. Il n’attend qu’une autre « erreur » des Américains pour lui donner une bonne raison de lancer sa contre-attaque suivant le meurtre de leur général.

Proteste auf der ganzen Welt gegen einen neuen Krieg in der Golfregion.Source: Pixabay

Engagez-vous qu’ils disaient

La plus grande crainte lorsque le discours se dirige vers la possibilité d’une 3e guerre mondiale est celle d’être appelé ou forcé à rejoindre l’armée. Malgré le fait que la conscription n’est plus active depuis 1973 aux États-Unis, les Américains peuvent toujours craindre le pire.

Suivant le système « Selective Service Système», tous les hommes de 18 à 25 ans sont tenus d’être enregistrés au cas où la conscription serait réactivée… Quelle est l’idée derrière l’abolition d’un système lorsqu’il peut être réinstauré à tout moment?

Alors, qu’en est-il du service militaire autour du globe? Il est intéressant de noter qu’il y a 21 pays sans armée sur la terre, dont le Panama, le Costa Rica et le Vatican. Pour ce qui concerne le service militaire, plus de 100 états et pays n’ont jamais eu de service militaire obligatoire, ou ce service a été aboli. L’on retrouve entre autres sur cette liste le Canada, l’Argentine, le Chili, l’Australie, le Pakistan, le Portugal et la République tchèque.

Il demeure 17 irrésistibles pays dont le service militaire est toujours obligatoire. Ce qui signifie que ces soldats se retrouvent dans les rangs de façon involontaire. La liste complète de ces pays est l’Afghanistan, l’Algérie, l’Arménie, l’Autriche, le Brésil, la Finlande, la Grèce, la Corée du Nord et du Sud, l’Iran, l’Israël, la Norvège, la Russie, la Suède, la Suisse, la Turquie et le Maroc.

Démocrates et républicains associés

Les démocrates et les républicains se rallient finalement pour mettre un peu d’eau dans le vin de Donald Trump. Le sénateur Tim Kaine a annoncé que les futures guerres devraient être acceptées suivant un processus de vote du Congrès.

Donc, un vote pourrait avoir lieu la semaine prochaine. Mais avec le procès de destitution de Trump, le Sénat a tout un début d’année occupé. Est-ce encore un affront non soutenu? Avec la chambre haute contrôlée par les républicains, avec 53 sièges, le parti démocrate est inquiet.

Mais grâce à quatre sénateurs républicains en faveur du processus de vote du Sénat, Rand Paul, Mike Lee, Todd Young et Susan Collins, la balle est finalement dans le camp des démocrates (avec 51 sièges). Les démocrates et les républicains joignent leur force pour permettre de mobiliser la « politique étrangère impulsive, erratique, égoïste et souvent irresponsable » du président Trump, selon Tim Kaine. Toutefois, le parti républicain demeure solide derrière Trump concernant le dossier de destitution du président.

← Top 9 des pires aéroports au monde La soirée des Emmy Awards 2020 →