Billets des Jeux olympiques Tokyo 2020

Billets olympiques de Tokyo 2020Source: Wikimedia

Le vent est dans l’optimisme en ce qui concerne les préparatifs des jeux Olympiques d’été de Tokyo 2020. Malgré les discussions du Comité olympique en 2014 concernant l’ajout de l’Esport aux jeux Olympiques de 2020, il semble que les amateurs de compétition de jeux et casino online devront attendre quelques années avant de pouvoir participer à cette nouvelle discipline olympique. Néanmoins, les billets sont prêts à être transmit aux spectateurs et la billetterie est ouverte, donc le moment idéal pour préparer votre aventure au Japon.

La signification des couleurs

Les billets de forme rectangulaire ont été pour les jeux de Tokyo 2020 agrémentés par une combinaison de couleurs connue sous le nom de « Kasane no irone » au Japon. Elle fait partie d’une palette de couleurs correspondant à celle utilisée dans la création de kimonos durant la période Heian de 794 à 1185.

Aujourd’hui, ces couleurs représentent pour les Japonais chacune de leurs différentes saisons. Les billets des jeux sont divisés en quatre couleurs : le rouge, le bleu, le violet et le vert. Kurenai (le rouge) est une couleur symbolique pour le Japon. Elle est depuis longtemps souvent utilisée lors de célébrations et festivités. Ai (le bleu) est aussi une couleur symbolique pour le pays. Elle est aussi reconnue comme étant la couleur qui représente le Japon. Fuji (le violet) est la couleur d’une magnifique fleur, la glycine japonaise, qui orne le pays depuis la nuit des temps. Puis Matsuba (le vert) représente les aiguilles de pin qui sont habituellement utilisées en décoration lors de célébrations.

Chacune des couleurs sur les billets est associée à un site sportif spécifique selon la localité durant les jeux. À vous de découvrir la couleur qui désigne chaque saison de l’année.

Les motifs et pictogrammes

Les Jeux olympiques de 2020 à TokyoSource: Wikimedia

Cet été, les amateurs de sports pourront se régaler entre 339 épreuves et 33 différents sports au programme. Et pour toutes ces disciplines, 59 motifs ont été élaborés et inspirés par l’identité des Jeux olympiques. Ils ont été conçus dans le but d’évoquer la subtilité énergétique et les caractéristiques des différents sports. C’est avec élégance que les billets sont agrémentés de pictogrammes sportifs des Jeux olympiques. Si l’on se souvient bien, c’est en 1964, à Tokyo, que ces pictogrammes ont vu naissance, pour venir en aide au spectateur et faciliter la navigation dans un environnement de langue asiatique. Depuis, les pictogrammes sont utilisés pour tous les billets de jeux olympiques, avec des graphiques personnalisés pour chaque année de jeux.

Le damier de l’harmonie

C’est à Asao Tokolo que revient l’honneur de la création des emblèmes des jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020. Inspiré par l’esprit des jeux, il a manipulé trois différentes formes rectangulaires dans le but de représenter l’unité dans la diversité. Les deux emblèmes contiennent le même nombre de rectangles, et symbolisent l’idée d’égalité, de l’impartialité.

Les damiers bleus ont été sélectionnés parmi plusieurs différents emblèmes et ont remporté la compétition. La couleur bleue est celle de la nation japonaise, et les multiples formes évoquent le raffinement de l’archipel du Japon.

Les cinq anneaux

Il demeure que le symbole qui représente les Jeux olympiques, de fait l’olympisme, est les cinq anneaux entrelacés. Ces dernières représentent l’union des cinq continents, un lieu de rencontre pour les athlètes du monde entier.

C’est en 1913 que le logo fut créé, et légèrement changé en 1957. Mais les couleurs demeurent les mêmes, le bleu, jaune, noir, vert et rouge. Mais au-delà des symboles, des emblèmes et des couleurs, les jeux seront toujours une célébration. Ils représenteront cet été, et pour plusieurs années à venir, le triomphe de la diversité pour les hommes et les femmes de notre belle planète, l’union des nations par le sport, dans la paix et l’amitié.

← Microgaming annonce la sortie de Treasure Skyland Pizza : Gastronomie ou désastre? →