Le magasinage ivre de fin de soirée, une industrie lucrative

La popularité du commerce en ligne caractérise l’opulence du 21e siècle. Avec presque 15 % du total des ventes au détail en Amérique du Nord, et 23 % des ventes en Chine, Absolunet indique qu’environ 60 % des achats sont effectués en ligne. Instagram s’est rapidement placé en position de pouvoir augmenter son chiffre d’affaires cette année en améliorant sa plate-forme de vente en ligne. D’après CEFRIO, 40 % des adultes québécois effectuent un minimum d’un achat en ligne par mois. Ce pourcentage a presque doublé en 5 années.

Qu’en est-il alors des achats effectués sous l’influence de l’alcool? D’après le sondage de Hustle Magazine sur une base de 2000 participants, soit des adultes qui consomment de l’alcool, l’industrie du magasinage ivre est estimée à environ 45 milliards de dollars annuellement. Les sondés ont en moyenne 36 ans, 47 % de femmes et 53 % d’hommes avec un revenu d’environ 92 000 $ par année. Voici un peu plus d’information sur la personne typique qui se fait prendre à magasiner ivre en fin de soirée.

Qui magasine ivre, et combien dépensent-ils?

Il n’est pas une surprise que les femmes adorent le magasinage. Que ce soit pour flâner devant les futurs achats ou pour remplir leur panier virtuel, il semble que 80 % des femmes comparativement à 78 % des hommes magasinent ivres. Les sondés ont répondu dépenser en moyenne 444 $ par année, pour une moyenne de 4000 $ par personne pour une vie d’achats spontanés sous l’influence de l’alcool.

Mummys Gold casino

Assurez-vous d’être dans un bon état d’esprit lorsque vous visiter les casinos en ligne le jeu sobre est toujours plus satisfaisant.

Il serait facile de croire que les Milléniaux auraient le doigt facile sur la gâchette pour les achats spontanés ivres, mais ce sont les Boomers qui en fait dépensent le plus. Si l’on regarde cette moyenne annuelle par secteur d’emploi, les personnes dans le secteur de la mode et les écrivains se retrouvent dans le haut de la liste, suivi de près par le domaine de la santé. Les secteurs d’emploi le moins influencé par le magasinage ivre sont dans la vente (ha!), la biotechnologie, l’aéronautique, l’ingénierie et le gouvernement. C’est bien si les objets ciblés sont pratiques. Jetons un œil sur ce qui est acheté en fin de soirée.

Quoi, et comment?

Pour commencer, quel est le poison utilisé pour inciter ces dépenses? Toujours selon le sondage du Hustle magazine, 45 % des hommes préfères la bière, et 50 % des femmes préfère le vin. Ces résultats ne semblent pas un secret. Et pour les boissons fortes, les hommes préfèrent le whisky (26 %) et les femmes la vodka (13 %).

Et vous vous demandez probablement ce qu’ils aiment acheter? Les vêtements sont en haut de la liste, avec un super 66 % des sondés! Les films, les jeux et la technologie suivent avec environ 47 %. Seulement 34 à 36 % des achats sont basés sur la nourriture et les évènements. Les livres se retrouvent aussi sur la liste avec un super 30 %, avec sur la même ligne les produits ménagers et les dépenses associées avec le voyage. En bas complètement de la liste, l’achat de logiciel n’est pas super populaire, avec seulement 7 %.

Alors qui est le géant en ligne? Bien entendu, Amazon est l’endroit privilégiée pour le magasinage ivre, avec 85 % des dépenses effectuées sur ce site. Quatre autres sites font mention dans le sondage, soit eBay (21 %), Etsy (12 %), Target (9 %), et Walmart (5 %).

Le remords et la gueule de bois

Heureusement, nos téléphones intelligents sont là pour nous rappeler de notre fin de soirée, et de toutes les dépenses inutiles effectuées une demi-heure avant de s’endormir sur le divan. Il est certain que le magasinage ivre fait aujourd’hui partie de notre vie principalement grâce à l’accès au magasinage en ligne. Donc, que faire des achats qui ne sont pas vraiment nécessaires? Avec des dépenses en ligne annuelle d’environ 400 milliards de dollars, sobre ou soûl, le problème de retour gratuit d’article est finalement soulevé.

C’est pourquoi qu’en 2018, Amazon a finalement mis fin aux retours répétitifs de paquets, pour ces clients qui ne sont jamais satisfaits. Alors, pour les individus sans remords après avoir dépensé leurs épargnes du mois sur un jouet qu’ils ont déjà, les retours gratuits sont toujours possibles pour la plupart des sites de commerce en ligne. Mais il reste à comprendre pourquoi seulement 20 % des gens retournent leurs articles achetés impulsivement, et environ 6 % des sondés ressentent du remords.

← Enfin un Black Jack Instantané Le lancement de Stadia →