Un détergent à base de tabac

Lessive sur la ligneSource: Pixabay

Au début du mois de juillet, une nouvelle étude provenant de l’Université de l’Illinois et de Cornell a définitivement ouvert les yeux sur la manipulation génétique de plantes. Selon le CDC (Center for Disease Control and Prevention), plus de 16 millions d’américains vivent avec des maladies causées par le tabagisme. Le taux de mortalité causé par l’utilisation du tabac est d’environ 1 300 personnes par jours aux États-Unis seulement. Ce ne sont pas les meilleures statistiques, vous aurez certainement beaucoup plus de chance avec le casino Gold et votre jeu mobile préféré qu’avec un paquet de cigarettes. Au lieu d’être un carcinogène, la plante de tabac pourrait produire les ingrédients nécessaires à la création d’un détergent à linge beaucoup plus abordable que ceux produits couramment. Voyons en détail ce que cette recherche peut offrir à nos machines à laver.

La manipulation génétique végétale

Avec tout ce que l’on entend sur Monsento et de la manipulation génétique de nos graines et plantes, il est difficile de voir le bon côté de la médaille. Les résultats « remarquables » de cette recherche jusqu’à maintenant sont en fait très positifs. Au lieu de créer un produit pouvant potentiellement tuer ses clients, les fermiers de plants de tabac pourraient continuer leurs cultures et s’orienter vers un produit durable et sain. Dans ce but, les ingénieurs ont inséré le gène d’une bactérie pour produire l’enzyme Cel6A dans la plante de tabac.

Les enzymes ont pour fonctions d’accélérer les réactions. Et ce qui est si profitable avec l’enzyme Cel6A est le fait qu’elle aide à désintégrer les taches. Ce qui est idéal dans la fabrication de détergent pour le linge. L’idée derrière la présente étude est d’isoler l’enzyme à partir d’une culture à grande échelle de plantes de tabac.

L’avancement de la recherche

Les études passées ont révélé la possibilité de produire les enzymes de plants de tabac à partir de culture intérieure. La tâche de la présente étude fut d’utiliser la plante modifiée génétiquement dans la culture extérieure. La culture dans les champs est très différente de la culture en laboratoire. La pluie, les insectes, la chaleur et les infections font partie de la réalité de l’agriculture. Ce qui a été très surprenant, c’est que la plante modifiée réagit très bien aux éléments et qu’elle produit en fait encore plus d’enzyme Cel6A que ce qui avait été calculé. Ce qui n’avait pas été prédit, c’est la faible quantité de protéine produite par la plante comparativement à la production en serre ou dans les salles de végétation.

Un groupe scientifique français a eu l’idée de mesurer l’effet de la protéine transgénique sur la plante, il y a 10 années passées. Ce qu’ils ont trouvé est que les plantes de tabac françaises produisent moins de Rubisco. Cet enzyme est nécessaire pour la capture de CO2 durant le processus de photosynthèse. C’est cette étude qui a donné l’idée d’étudier en profondeur la plante de tabac transgénique.

 Plantes de tabacSource: Pixabay

Comment le détergent à linge est-il créé?

Les premiers fabricants de savon et de détergent utilisaient des cendres végétales pour produire un minéral nommé alcali. Aujourd’hui, certains types de détergent utilise un alcali produit à partir d’eau salée et d’électricité. Il est un détergent qui est aussi nommé non biologique. L’autre type est un détergent biologique, qui contient des enzymes pour couper la graisse et l’huile. Quelle est la différence? Certaines personnes ont des réactions cutanées lorsqu’elles utilisent du savon biologique. Pour ce qui est du type non biologique, il contient des produits nocifs, tel que la soude caustique, qui est terrible pour l’environnement. Sa présence dans les eaux usées produit une modification du pH. Ceci est très nuisible pour la vie aquatique et pollue les nappes phréatiques.

La prochaine étape

Il semble que le détergent biologique est ce qui est nécessaire à produire pour le bienfait de futures générations. Alors, où en sommes-nous avec la production de l’enzyme Cel6A? Des études encore plus avancées doivent être entreprises, pour étudier le processus au niveau moléculaire. L’idée est de pouvoir répondre à toutes les questions et de rationaliser le projet dans le but d’accélérer le projet. En fin de compte, cette étude pourrait se développer et créer un nouveau détergent à linge, mais aussi prendre une tout autre direction et être utilisée dans un tout nouveau contexte. La science n’est jamais définie, mais elle définit notre futur!

← 14 choses qui auront 20 ans en 2019 L’indice Big Mac 2019 →